louable


louable

1. louable [ lwabl ] adj.
• v. 1120; de 1. louer
Qui est digne de louange, qui mérite d'être loué. 1. bien, 1. bon, estimable. Affection, intentions, sentiments louables. honnête. De louables efforts. méritoire. « des scrupules personnels, infiniment louables » (Duhamel). ⊗ CONTR. Blâmable, condamnable, mauvais, répréhensible. louable 2. louable [ lwabl ] adj.
• 1606 « qu'on peut prendre à louage »; de 2. louer
Qu'on peut louer (2.). Cet appartement est difficilement louable, il est trop vétuste. Garage louable à l'année.

louable adjectif (de louer) Digne de louanges : De louables efforts.louable (synonymes) adjectif (de louer) Digne de louanges
Synonymes :
- bon
- méritoire
Contraires :
- blâmable
louable adjectif (de louer) Qui peut être pris en location.

louable
adj. Digne de louange. Des intentions louables.

⇒LOUABLE, adj.
[Correspond à louer1] Qui est digne d'être loué.
A. — [En parlant d'une pers.] Celui qui, avec cette industrie, réussit à faire subsister sa famille, sans s'avilir et sans manquer à ses engagemens, est sans doute un homme louable (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 96).
(Être) louable de (+ inf. ou subst.). [Plutarque] louable de mille vertus (JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, p. 162):
1. Et elle, au fond de son coeur vide, ne trouvait plus qu'une lassitude, qu'une envie sourde. Était-elle donc meilleure que les autres, pour plier ainsi sous les plaisirs ? Ou était-ce les autres qui étaient louables d'avoir les reins plus forts que les siens? (...) elle souhaitait de nouveaux désirs...
ZOLA, Curée, 1872, p. 595.
(Être) louable en (qqc.). Elle s'enquit (...) de ma tante Chausson qui ramassait les épingles qu'elle trouvait à terre, louable en cela, car il ne faut rien laisser perdre (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 240).
B. — [En parlant d'un inanimé] Louable entreprise; louables efforts; but, intention, motif, sentiment louable. Voulez-vous me dire si vous avez jamais connu un homme (...) dont les actions fussent toujours bonnes, ou toujours mauvaises, incessamment blâmables, ou louables incessamment! (MUSSET, Lettres Dupuis Cotonet, 1836-37, p. 754). M. Zacharie Zacharian expose entre autres louables natures mortes, une Raie (TOULET, Notes art, 1920, p. 29):
2. Ce qui est beau et bon mérite l'honneur et la louange (...) mais il faut d'abord se souvenir, (...) que c'est l'acte intérieur de la volonté qui mérite avant tout la louange et surtout que cette volonté n'est elle-même belle et louable que parce qu'elle s'oriente vers une fin qui la règle.
GILSON, Espr. philos. médiév., 1932, p. 120.
Il est louable de (+ inf.). Il est permis, il est même louable de parler avec son humeur (JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 248).
En emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Peu à peu le sacré, le juste, le légal, le décent, le louable et leurs contraintes se dessinent dans les esprits (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 56).
Par antiphrase. Louable coutume. Je suis parti sans prendre congé de toi, ni de personne, selon ma louable coutume. Pardonne-moi (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 135).
Spéc., vieilli
HIST. [A qualifié les cantons de la Confédération helvétique] Il allait en Suisse porter des propositions aux louables cantons et recruter des soldats (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 73).
MÉD. [En parlant d'une substance produite par le corps] Qui présente les qualités voulues, normales. Du sang louable. Des matières louables (Ac. 1798-1878). La plaie de Jean se cicatrisait avec une lenteur infinie, le drain ne donnait toujours pas le pus louable (ZOLA, Débâcle, 1892, p.499).
P. anal. Il (...) demanda un haddok, une sorte de merluche fumée qui lui parut louable (HUYSMANS, A rebours, 1884, p. 180).
REM. Louablement, adv. D'une manière louable. C'était réagir louablement contre la surcharge inutile du luxe ostentatoire (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 38).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1re moitié XIIe s. «digne d'être loué» (Psautier d'Oxford, 95, 4 ds T.-L.: Kar granz est li Sires, e löebles mult); ca 1265 abis loables (BRUNET LATIN, Tresor, éd. J. Carmody, II, XXXIV, p. 203); 2. 1314 méd. ordure löable (Chir. de H. de Mondeville, 1533 ds T.-L.). Dér. de louer1; suff. -able; cf. le lat. laudabilis «digne d'éloges (d'une personne ou d'une chose)». Fréq. abs. littér.:268. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 692, b) 238; XXe s.: a) 339, b) 216.

1. louable [lwabl] adj.
ÉTYM. V. 1120, loable; de 1. louer.
1 Qui est digne de louange, qui mérite d'être loué. 1. Bien (3.), estimable. || Affection (cit. 1), intentions, sentiments louables. Honnête. || Une très louable proposition (→ Atelier, cit. 6). || Faire un louable emploi de son temps. Bon, digne, méritoire. || De louables efforts.
1 (…) tous moyens honnêtes de se garantir des maux sont non seulement permis, mais louables.
Montaigne, Essais, I, XII.
2 Je ne me permettrai point de scruter les motifs de l'action de M. de Valmont; je veux croire qu'ils sont louables comme elle (…)
Laclos, les Liaisons dangereuses, XXXII.
3 Mais vous avez sacrifié, sans doute, à des scrupules personnels, infiniment louables, je vous le concède, l'intérêt d'une collectivité dont vous faites partie (…)
G. Duhamel, Salavin, Journal, 28 mai.
Par antiphr. Déplorable (→ Caresser, cit. 20).
4 (…) j'ai tâté un peu de l'agonie aux approches de l'équinoxe, selon ma louable coutume.
Voltaire, Correspondance, 4180, 8 mars 1775.
2 (1314). Méd. et vx. Qui est de la qualité requise. Satisfaisant. || Des déjections louables (encore dans Littré).
5 (…) selon les règles de nos docteurs, il est tel qu'on le peut souhaiter (…) il possède en un degré louable la vertu prolifique (…)
Molière, le Malade imaginaire, II, 5.
3 (V. 1695). Vieilli ou littér. (Personnes). || Louable de… : digne d'estime pour… || Vous êtes louable d'avoir pris cette initiative (Académie). Vx. || « Vous êtes louable de cette crainte » (Fénelon).
CONTR. Blâmable (cit. 3), condamnable, critiquable, détestable, mauvais, répréhensible.
DÉR. Louablement.
HOM. 2. Louable.
————————
2. louable [lwabl] adj.
ÉTYM. XXe; « qu'on peut prendre à louage », 1606; de 2. louer.
Qu'on peut louer (2. Louer). || Cet appartement est difficilement louable, il est trop vétuste. || Studio louable au mois, à l'année.
HOM. 1. Louable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • loüable — Loüable. adj. de tout genre. Qui est digne de loüange, qui merite d estre loüé. Une action louable. vous estes louable, tres louable d en avoir use comme vous avez fait. cela est bien louable, fort louable. c est une chose louable. Il sign. aussi …   Dictionnaire de l'Académie française

  • louable — (lou a bl ) adj. 1°   Qui est digne de louanges, en parlant des choses. •   D un louable désir mon coeur sollicité, CORN. Médée, III, 1. •   Une louable honte en vain t en sollicite, CORN. Cid, V, 6. •   Je suis persuadé que le péril n est pas au …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LOUABLE — adj. des deux genres Qui est digne de louange. Une action, une conduite louable. Cela est bien louable. C est une chose louable.   Il ne s emploie, en parlant Des personnes, qu avec la préposition de suivie d un verbe à l infinitif. Vous êtes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • louable — I. Louable, Louablement, cerchez Louer. II. Louable, Laudabilis, Probabilis re aliqua. Homme louable et de vertu, Honestus. Choses louables et de grande renommée, Summae res …   Thresor de la langue françoyse

  • LOUABLE — adj. des deux genres Qui est digne de louange. Une action, une conduite louable. Il s’emploie aussi en parlant des Personnes et peut prendre alors un complément explicatif précédé de la préposition de. Vous êtes louable d’avoir pris cette… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • C’est chose illustre et très louable… — См. Что о том тужить, чего нельзя воротить …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • approuver — [ apruve ] v. tr. <conjug. : 1> • approver « prouver, démontrer » fin XIIe; sens mod. au XIIIe; lat. approbare, de ad et probare → preuve 1 ♦ Donner son accord à (qqch.). ⇒ approbation. Elle a approuvé les actes que le mandataire a passés… …   Encyclopédie Universelle

  • méritoire — [ meritwar ] adj. • 1265; lat. meritorius « qui mérite ou procure un salaire » ♦ Qui a du mérite; qui est digne d éloge ou de récompense. ⇒ 1. louable. Œuvre, effort méritoire. C est méritoire de sa part, d autant plus méritoire que... ⊗ CONTR.… …   Encyclopédie Universelle

  • bien — 1. bien [ bjɛ̃ ] adv. et adj. • Xe; lat. bene ♦ Compar. de bien. ⇒ mieux. I ♦ Adv. 1 ♦ Adv. de manière (opposé à 2. mal) D une manière conforme à une norme (esthétique, intellectuelle, morale, sociale, technique...), à ce que l on peut attendre.… …   Encyclopédie Universelle

  • blâmable — [ blamabl ] adj. • 1260; de blâmer ♦ Qui mérite le blâme, la désapprobation. ⇒ condamnable, critiquable, répréhensible. Une action blâmable. « La plus grande des sottises c est de trouver ridicules ou blâmables les sentiments qu on n éprouve pas… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.